Journée mondiale contre les violence sexistes et sexuelles

Par Griselda et Loïc

À l’appel du collectif #NousToutes, ce samedi 24 novembre, nombreuses étaient les personnalités, associations, syndicats et partis politiques qui avaient appelé à manifester dans toute la France pour dénoncer et combattre toutes les violences faites aux femmes.

50 000 personnes ont manifesté à travers toute la France (Bordeaux, Lyon, Tours, Rennes, Marseille, Toulouse, Montpellier…). Selon les organisatrices, le cortège parisien a réuni 30 000 personnes.

Nous avons manifesté avec le comité féministe « La lutte des classes est féministe » et avec des étudiants du comité de mobilisation de Paris 3.

Dans ce cortège unitaire, étudiant-e-s, lycéen-nes, travailleur-se-s, nous étions nombreux derrière deux banderoles : « Étudiantes, travailleuses, unies contre le patronat et le patriarcat » et « Grève générale pour chasser Macron ».

Il s’agissait de faire le lien entre la politique du gouvernement au service du patronat et toutes les attaques qui sont faites aux femmes.

Ainsi notre slogan sur la défense de l’IVG « Défendons l’IVG ! Clause de conscience, retrait ! »a été très repris. Nous avons ainsi pu dénoncer la clause de conscience qui est une remise en cause de l’avortement.

Nous avons fait des prises de parole en ce sens pour saluer les luttes en Irlande, en Argentine, et en Pologne. Nous avons scandé avec enthousiasme : « Dans tous les pays, avortement, libre et gratuit ! »

Nous avons chanté de nombreux slogans pour dénoncer l’impunité des harceleurs et des violeurs : « Ne nous dites pas comment nous habiller ! Dites leur plutôt de ne pas nous violer », « Violeurs et harceleurs doivent être condamnés, pour les victimes : justice et vérité ! »

Grâce aux lycéennes et aux étudiantes présentes, des slogans concrets et percutants ont été chantés pour défendre la libre disposition de son corps, pour le respect du consentement : « Faire l’amour est un choix, mon corps n’est pas à toi », « Quand c’est, c’est non ! Quand c’est pas oui, c’est non !  » .

On peut voir que la jeunesse a joué un rôle essentiel dans cette marche. Étudiantes, lycéennes, et collégiennes ont montré qu’elles étaient déterminées à se mobiliser et à porter leurs revendications.

Cela laisse présager le meilleur pour les luttes à venir…

Partager
Montrer
Cacher